Porno dépendance et coronavirus : comment faire pendant le confinement ? #1


1ère partie de l'article : être accro au X en période de confinement – 10 conseils


Vous souffrez d’une addiction à la pornographie et/ou à la masturbation. Avec la crise du coronavirus, vous voici confiné chez vous, peut-être enfermé avec d’autres personnes. C’est la galère… Cette situation très inconfortable risque de vous fragiliser encore plus.

Mais le confinement peut aussi être l’occasion de faire un travail bénéfique sur vous-même. Vous êtes motivé pour vous lancer dans une démarche de changement ? En tout cas, vous l’envisagez ? N’attendez pas le déconfinement !

Voici donc 10 conseils pour traverser cette période très particulière. Et, pourquoi pas, en ressortir libéré !

#1 - Arrêtez de lutter de front ! Changez de stratégie.


Prenez conscience que votre comportement d’accro est en réalité une lutte inefficace… contre vous-même.


En effet, l'addiction est LA stratégie d’évitement psychologique par excellence. C’est vrai du porno et de la masturbation comme de n'importe quelle drogue ou du jeu pathologique. En général, on a recours de manière addictive à une substance ou un comportement pour fuir des états psychologiques déplaisants (ennui, tristesse, peur…). Or, avoir des pensées et ressentir des émotions est tout à fait normal. Ça fait même partie de la vie ! À force de vouloir se débarrasser de celles qu’on juge désagréables en cherchant à les «anesthésier», on laisse malheureusement l’addiction s’installer.


Alors, le premier pas pour ne plus être accro au X, c’est d’arrêter votre combat contre vous-même : n’en déplaise à notre Président de la République, «vous n’êtes pas en guerre !». La lutte est finie. Cessez le feu ! Reconnaissez que votre stratégie ne marche pas. Vous vous battez contre un problème... qui n’en est pas vraiment un ! Arrêtez de perdre votre temps et de dépenser votre énergie inutilement. Vous avez mieux à faire.


Le confinement est le temps pour faire la paix !




#2 - Pour faire face au Pornovirus, mobilisez toutes vos forces


Vous ressentez tellement de honte et de culpabilité que vous avez peut-être fini par oublier une évidence : vous disposez de ressources personnelles. Oui ! Qu'en faites-vous ? Il s’agit de les mobiliser, dès maintenant, avant de lancer votre démarche de changement.


Votre première ressource, c’est l’ensemble de vos «valeurs», c’est-à-dire tout ce qui est important pour vous. Tout ce qui compte. Tout ce pour quoi vous êtes prêt à vous lever, à vous battre, voire à mourir ! Le saviez-vous : vos valeurs sont précieuses car elles constituent votre première source de motivation. Pour changer, pour évoluer, ce n’est pas de la volonté dont vous avez besoin, mais d’abord de la motivation. Grâce aux valeurs, vous disposez d’un cap, d’une ligne d’horizon. Alors, pour quoi, pour qui, voulez-vous changer ?


Deuxièmement, vous avez aussi des qualités : ce que vos amis aiment chez vous, par exemple. Appuyez-vous sur ces points forts que vous avez glissés sous le tapis. Un outil puissant de connaissance et de développement de soi, l’Ennéagramme, décrit le potentiel inné associé à chaque type de personnalité (il en existe 9 dans la grille de l'Ennéagramme). Dis-moi quel est ton type, je te dirais quels sont tes points forts insoupçonnés. Voilà une bonne nouvelle !


Ensuite, n’oubliez pas une chose : en tant qu’accro, vous êtes un ancien combattant, avec son expérience du feu, ses cicatrices. Il vous arrive de ne pas tomber, d’être plus fort que votre addiction ? Dans le jargon des thérapeutes, on appelle cela les «exceptions». Quelles sont vos exceptions ? Tirez parti de votre vécu de vétéran. Servez-vous en pour mieux vous connaître. Quels enseignements vous apportent vos victoires, aussi petites soient elles ? Vous êtes un warrior !


Enfin, sachez une chose capitale : la première valeur... c'est vous. Vous avez du prix, vous êtes une merveille. Quittez votre honte et votre culpabilité. Lâchez ce boulet inutile qui vous encombre. Laissez-le sur le bord de la route. Il vous empêche d'avancer. Le temps du pardon est venu.



#3 - Bas les masques ! Démasquez le X et relisez votre histoire d’amour raté


Relisez votre parcours avec le X. Vous prendrez ainsi conscience que vous vous êtes laissé piéger.


Posez-vous en particulier ces deux questions clés : «Comment ai-je commencé le porno ?», et «Pourquoi ai-je commencé ?».


Oui, vous êtes tombé dans le panneau. Vous avez succombé aux sirènes d’une publicité mensongère. La pornographie vous a fait plein de fausses promesses… qu’elle n’a pas tenues. Vous y avez cru, vous avez été croqué tout cru. L'histoire d'amour était... pipée dès le début.


Admettez que le porno est addictogène. Vous avez peut-être commencé par curiosité, par goût, etc. Bien entendu, vous n’aviez pas pour objectif de devenir dépendant… mais vous avez progressivement perdu le contrôle de votre consommation. Il y a eu comme une bascule. Essayez de déterminer le moment où elle s'est produite. Vous avez probablement des fragilités qui expliquent ce déraillement. Votre envie est devenue un besoin. Vous cherchiez la jouissance, maintenant vous souffrez de plaisir. Et le fait est que vous restez seul avec cette détresse, dans l'incapacité de vous en sortir seul.


Reconnaissez que le porno est votre médicament, vous vous l'êtes auto-prescrit sans ordonnance du médecin. Vous l’utilisez comme un pansement, un doudou, pour oublier votre mal-être. Mais, hélas, il ne vous soulage plus. Il ne fait qu'accroître votre douleur. Il est temps d’arrêter ce mauvais traitement et d'essayer une méthode plus douce et surtout plus efficace pour aller mieux.


Neufs
de
   Coeur

Tanguy Lafforgue

Coach et thérapeute

t.lafforgue@neufsdecoeur.fr

Chemin de la pierre de feu

13 090 Aix-en-Provence

©2019 by Neufs de coeur. Fièrement créé avec wix.com.

Mentions légales